Jean Zuccarelli
Communiqué relatif à la venue du Président de la République en Corse

Jean Zuccarelli

Le Président de la République va rendre hommage à un de ses grands serviteurs, Claude Erignac.
 

Il arrive dans une Corse inquiète de son avenir.
 

Devant les surenchères prévisibles des élus nationalistes avec le renfort, tout aussi prévisible, hélas, des élus de « la République en marche », le chef de l’Etat doit d’abord rappeler les fondamentaux au cœur de sa mission.
 

 
 

Au gardien de l’unité de la Nation, nous demandons de réaffirmer son indivisibilité et rappeler l’égalité des citoyens devant le Loi, c’est-à-dire que toute spécificité locale s’y applique à tous les Français, de manière identique. Ce qui exclut par exemple le statut de résident.
 

 
 

Nous attendons qu’il affirme la volonté de l’Etat d’accompagner la Corse sur la voie d’un développement partagé valorisant son environnement et sa culture.
 

Ceci pourra nécessiter une mise à niveau d’équipements et d’infrastructures (routes, ports, eau, assainissement, numérique, santé…) au travers d’un nouveau PEI.
 

Ainsi qu’un pacte économique et fiscal assurant des conditions favorables aux entreprises et permettant de corriger les effets de l’insularité.
 

 
 

La nouvelle Collectivité Unique concentre une masse énorme de pouvoirs et compétences.
 

Son financement fera utilement l’objet d’une mise à plat.
 

 
 

Pour ce qui est d’ajustements de la Constitution, le chef de l’Etat rappellera, sans doute, qu’au sein de la République, l’égalité se présuppose et la nécessité de différencier les régimes doit être démontrée.
 

En bonne méthode le gouvernement doit faire d’abord l’inventaire des cas concrets où les institutions ne permettraient pas une administration pertinente. Et le cas échéant chercher, après expérimentation éventuelle, une réponse institutionnelle. Qui peut être celle qui convient aux autres régions métropolitaines. Dans le cadre de l’article 72, évidemment.
 

 
 

Toute autre démarche qui reviendrait à poser en principe que la Corse a vocation à être placée en marge de la République, sous quelque hypocrisie qu’on le cache, serait inacceptable.