Jean Zuccarelli
Journal n° 4 Des Actes Pour Bastia

Jean Zuccarelli

L'edito

Les élections territoriales ont marqué l’actualité politique de l’île de la fin de l’année 2015. Et conduit à interrompre temporairement la parution de notre journal. Nous sommes heureux de vous retrouver pour ce 4ème numéro de DAPB, notre rendez vous régulier d’information trimestriel auquel nous ne dérogeons pas. Car il nous faut revenir aux réalités de la cité.
Si le soleil d’avril et l’arrivée des beaux jours peut réjouir tout un chacun, la situation de notre ville est plus que jamais préoccupante. Prés de 2 ans jour pour jour après l’élection de l’actuelle majorité, 3 mois après le départ pour l’exécutif territorial de Gilles Simeoni démissionnaire et la désignation d’un nouveau maire, le premier bilan est accablant. Bastia est en panne. Et les Bastiais ont été abandonnés en rase campagne. Bastia n’aura servi que de tremplin pour la conquête du pouvoir régional. 
On savait l’équipe municipale dépourvue d’ambition pour la ville, l’exercice du plan pluriannuel d’investissement à 10 ans l’a malheureusement confirmé. Projets retardés, renvoyés aux calendes ou tout simplement oubliés. Seuls ceux qui étaient déjà en phase de travaux lors de la transmission connaissent tant bien que mal un début de réalisation. Un constat aggravé par le volet incombant à la CAB condamnée à l’inaction par l’irresponsabilité des anciens alliés. Sans compter que la crise de gouvernance continue de porter atteinte à l’image de Bastia jusqu’ici respectée et montrée en exemple par le triste spectacle que donnent les élus de la majorité tout au long des conseils communautaires.
L’avenir est menacé mais les difficultés se conjuguent aussi et d’abord au présent. Le centre ville se prépare à la fermeture de nombreux commerces.  La crise n’y suffisait pas. Il a fallu que la municipalité y apporte sa touche en retardant les projets de stationnement, poursuivant sa politique répressive, et au final en décourageant les visiteurs d’entrer en ville. 
Les services publics ne sont pas non plus à la fête avec une dégradation sensible sur le front de la collecte. Et la crise des déchets est encore devant nous. On nous promettait une ville plus animée elle est plus triste et plus saleEt il faudra payer plus cher : la Taxe d’enlèvement des Ordures Ménagères et l’eau, pour commencer..
D’importants besoins sont totalement ignorés à l’image du logement qui constitue une véritable urgence.
Et pour couronner le tout le projet de Collectivité Unique menace Bastia de déclassement avec des conséquences considérables sur l’économie et l’emploi. C’est l’affaire de tous. Nous y reviendrons.
Plus que jamais la situation difficile que traverse notre ville exige des élus d’opposition que nous sommes une mobilisation sans faille. Depuis 2 ans pour notre part nous avons tenus nos engagements : en vous informant régulièrement, et en arrachant des décisions certes trop tardives comme pour le Parking scusate, u Spaziu Gaudin.
Mais nous voulons franchir aujourd’hui une étape supplémentaire en lançant officiellement une association ouverte à tous, non partisane, qui prend le nom de notre journal Des Actes Pour Bastia. Cette espace citoyen d’information, d’échanges, et d’action vous est destiné. Vous êtes déçus de la gestion municipale, préoccupés de l’avenir de notre cité. Rejoignez nous. Venez vous exprimer, nous serons à vos côtés pour relayer vos attentes, infléchir le cours de la mandature, et ensemble préparer l’indispensable alternative.